Motema Mpiko, je t’ai vu naître, il y a 50 ans.
Motema Mpiko, je t’ai vu travailler, évoluer pendant tout ce temps.
Motema Mpiko, à ta mission, reste fidèle encore longtemps.

Cher Lycée,

Quand ? Où ? Comment ? Pourquoi ? Tes questions , une fois encore, sont bien pertinentes. Sans traîner, je veux y répondre , parce que la vie du lycée,  la vie au lycée a marqué profondément mon cœur. Oui, je t’ai vu naître, grandir,… te développer…. Et à présent, je suis témoin de ton ouverture à ce demi – siècle mis à ta disposition et à celle de tous ces jeunes en quête de bonheur.

     Peu après mon arrivée à Léopoldville- en 1963, j’ai rencontré Mademoiselle De Meyer , dans le cadre de notre engagement au service du diocèse de Léopoldville, actuellement Kinshasa. Très vite, j’ai soupçonné en elle une personne généreuse, dynamique, toute donnée à l’encadrement des jeunes, (guidisme, légion de Marie au Sacré-Cœur, cours de religion à l’Athénée…..) Pour elle, c’était sa vie ! ! ! ….Et jeune que j’étais à cette époque (hum !) une telle personnalité incarnait l’idéal dont je rêvais : accompagner une jeunesse pour l’aider à s’épanouir, à se réaliser.

     En 1967, aussitôt que le projet du lycée fut confié, par feu Cardinal Malula, à Mlle Françoise, celle-ci n’a ménagé aucune peine, aucun sacrifice pour le mener à bon port. En 1968, elle n’a pas hésité à me solliciter pour de petits services, très diversifiés (comme le lycée le fait actuellement encore en ces dernières années de présence) pendant chaque vacances et congés scolaires. Entretemps, sa passion pour le travail, son énergie positive pour la promotion des jeunes filles m’enthousiasmaient toujours davantage.

      Au terme de la deuxième licence en Sciences de l’Education, en 1973, elle m’a engagée comme professeur de Psycho-Pédagogie . Je n’ai pas hésité une seconde et je ne l’ai jamais regretté. Travailler au lycée et servir le pays et l’Eglise par la formation et l’éducation de jeunes filles étaient pour moi l’expression de la réalisation d’une mission que le Seigneur me confiait. J’avoue que le cadre, l’esprit de travail et l’esprit de famille qui caractérisent encore aujourd’hui le lycée, nous entrainaient à donner le meilleur de nous-même avec et comme tant de collègues dont certains encore sont à l’œuvre.

      Je n’oublie pas Mlle Marie-Josephe Lacroix et d’autres aînés ! Vivre auprès d’eux, travailler sans calcul, partager leur Foi dans le quotidien ; avec eux, placer sa confiance dans les jeunes,……..  oser……..foncer… aller de l’avant ……. avec endurance.…. Ah ! MOTEMA MPIKO ; collaborer avec des parents soucieux de l’avenir de leur fille, croiser des anciennes apportant leurs compétences dans tant de domaines et assumant de grandes responsabilités ici.. …et …… ailleurs……. Ah ! MOTEMA MPIKO

      Mais 50 ans du lycée Motema Mpiko , c’est avant tout l’œuvre de Dieu. Oui, Seigneur, pour l’œuvre que Tu as accomplie et pour tous les bienfaits reçus, nous te rendons grâces.

Cher lycée, non seulement j’ai suivi tes premiers pas, mais aussi ton épanouissement. Permets-moi de présenter ici quelques données. Sais-tu :

  • qu’en 1967, il y avait 4 classes, bientôt 29 ;
  • en 1967 une population scolaire de 166 élèves , actuellement près de 12.800 ;
  • en 1973, première promotion avec 57 élèves diplômées, fin juillet 2017 le lycée en totalisait          3730 soit un taux de 96% de réussites.
  • A l’ouverture, le lycée comptait une douzaine de membres du personnel, aujourd’hui 74 (internat y c.) Quelques membres du personnel ont rejoint le Seigneur……. D’autres sont toujours-là, avec  plus de 20, 30 années de services…

      A l’heure actuelle, beaucoup de nos diplômées œuvrent à l’étranger. Les épouses ont suivi leur conjoint et leurs services sont très appréciés. En RDC, nous  les rencontrons partout, leur rendement fait la fierté du lycée. Quelques mamans et jeunes grands-mères sont heureuses de montrer leur local de cours à leur fillette qu’elles inscrivent en 1 ère année.

     Présente encore au lycée, j’apprécie les membres de la Direction pour leur préoccupation actuelle. Laquelle ? Celle de faire de ce lycée un  espace ajusté aux besoins des jeunes et de réfléchir à la formation qui leur serait adéquate pour être utiles et efficaces dans les décennies à venir. Ne sont-elles pas là,  les raisons d’être, de la nouvelle section, des nouvelles méthodes pédagogiques favorisant l’esprit de créativité, de recherche, du nouveau souffle à la salle d’informatique grâce à notre chère Bombes, etc …..

    Je clôture ce mot par un souhait, à l’occasion de ce jubilé. « Puisse le lycée, tout son personnel, poursuivre sa noble mission de formateur. Face à ce demi-siècle à venir, qu’il soit et reste soucieux d’ouvrir le cœur et l’intelligence des jeunes à la recherche du vrai et du bien. Initiées aux jugements  de valeur, elles seront en mesure de discerner les meilleurs chemins pour elles-mêmes sans oublier l’intérêt des autres.

    Et vous, chères jeunes, ne vous contentez pas d’exister. Ayez l’ambition de vivre et de réaliser de grandes choses. Le chantier est gigantesque. Aimez réfléchir, penser, créer, entreprendre… pour rendre d’autres heureux et utiles à l’humanité. Une tâche exaltante ! Devenez porteuses d’espérance pour le pays et l’Eglise.

           « Filles d’aujourd’hui, femmes de demain … Un bel avenir nous attend ! » (Hymne du lycée)

N.B. : J’oubliais la dernière question. Qu’est-ce qui vous fait rester ?

Je reste au lycée, car le Seigneur ne m’a pas encore fait signe de le quitter et à cause de la chaleur, non pas celle du réchauffement climatique, mais la chaleur humaine, celle de nombreuses personnes, jeunes et moins jeunes, qui ont laissé une empreinte dans mon cœur.

Motema Mpiko :
Pour tes 50 ans d’existence ;
Pour tes 50 ans d’endurance ;
Pour tes 50 ans de confiance ;
Bénis le Seigneur pour ses bienfaits et sa Présence.

Chantons ensemble :  MBOTAMA ELAMU    MBOTAMA ELAMU MBOTAMA ELAMU    MBOTAMA ELAMU  

Mlle Clémence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *